Oct’opus : ensemble de saxophones

ASax : Bonjour, pourriez-vous présenter l’ensemble aux personnes ne le connaissant pas ?

Oct’opus : Le point de départ est assez simple : Oct’opus est un groupe d’anciens étudiants ayant débuté leur parcours musical dans les mêmes promotions (à Lyon et Versailles) et qui voulaient continuer de jouer ensemble. La suite est moins banale ! En effet notre premier concert coïncide avec la mort de Mickael Jackson (le 25 juin 2009), l’ensemble passe dès sa création de 8 à 10, le saxophone n’est pas le seul instrument joué dans l’ensemble, etc. L’aventure Oct’opus est lancée !

ASax : Avec une équipe de 10 personnes, qui dirige ?

Oct’opus : C’est un ensemble non dirigé en tant que tel : il n’y a pas de chef d’orchestre. Cela impose à chaque membre de connaître toutes les partitions, tel un chef, pour comprendre les autres parties afin de pouvoir jouer ensemble, être relais pour des départs, dynamiques, etc.
Dans le travail, nous avons des personnes plus référentes, qui changent selon les pièces, afin de gagner en efficacité. Car 10 personnes qui parlent en même temps … vous imaginez ! Mais l’apport de chacun est indispensable pour préparer un programme de concert ou de disque.

ASax : Ensemble Oto’pus, vous venez de sortir un nouveau CD, en quoi est-il différent du précédent ?
Oct’opus : C’est tout simplement une photographie plus actuelle de ce que nous proposons et de ce que nous sommes. Sur ce CD vous trouverez aussi bien des transcriptions maison, une création et une pièce plus tournée vers le monde des musiques actuelles/jazz. Il ne manque qu’un extrait d’un ciné concert et vous aurez une image assez complète du répertoire que nous proposons.

ASax : Vous avez également des nouveaux venus depuis le premier enregistrement ?
Oct’opus : Oui et non ! En effet nous avons depuis une formation qui va du soprano au basse mais pour ce qui est du piano et de la batterie, ils n’étaient certes pas encore arrivés sur scène mais les instrumentistes étaient déjà bien présents ! Il a juste fallu du temps pour évoluer en exploitant ces nouvelles facettes.

ASax : Par contre vous avez un vrai nouveau dans l’équipe ?
Oct’opus : En effet et depuis peu, il s’agit de Nicolas Arsenijevic qui rejoint l’ensemble au saxophone alto.

ASax : Vous parlez de transcription « maison » dans le programme, qu’entendez-vous par là ?
Oct’opus : Tout simplement des arrangements que nous faisons nous-mêmes à partir de partitions allant de pièces écrites pour piano à des conducteurs d’orchestre symphoniques. Nous avons au final des arrangements sur mesure tout en jouant des styles et époques variés. Cela nous permet également de se faire côtoyer dans un programme E. Grieg, A. Dvorak ou C. Corea.

ASax : Vous jouez donc également des pièces avec rythmique, comment se déroule le travail ?
Oct’opus : Au-delà du travail avec piano, batterie et un saxophone ayant le rôle de basse, qui impose une écoute et des réflexes différents, c’est le son de groupe, la recherche de phrasé, la recherche de réflexes sur des structures autres que celles utilisées dans le reste du répertoire que nous travaillons en priorité. Le seul véritable challenge c’est qu’il faut parfois brider le batteur … (!)

ASax : Et où pouvons-nous trouver vos arrangements ?
Oct’opus : Pour le moment il n’y a que « Octopus » composé par Karol Beffa qui soit édité. Le reste n’est pas encore publié mais une partie devrait voir le jour prochainement.

ASax : Nous avons récemment écrit une critique sur « Oct’opus » de Karol Beffa, mais quels sont vos avis en interne sur la création ?
Oct’opus : Comme vous le savez, cette pièce a été commandée par l’ensemble Oct’opus afin de la créer lors du dernier congrès mondial de saxophone de Strasbourg. La création, le jour même, est à la parfaite image du travail effectué avec Karol en amont : explication par le compositeur de la construction de la pièce, écoute des développements, etc. Les premiers retours que nous avons eus furent : « c’est un premier mouvement ? A quand la suite ? » ou encore « cela serait parfait pour un ciné-concert ». Projets à suivre.

ASax : Justement au niveau des ciné-concerts, quelle forme donnez-vous à ceci ?
Oct’opus: Presque toujours au sens premier du terme : jouer en live pendant la diffusion d’un film. Mais cela peut prendre des formes différentes dans la préparation et réalisation : nous avons créé une version du « Voyage dans la lune » de G. Méliès sur la musique originale d’A. Belliot pour octuor vocal et octuor de saxophone, nous avons une version pour orchestre d’harmonie d’ « Entracte » de René Clair sur la musique d’E. Satie.

ASax : Pour orchestre d’harmonie ? Vous travailler donc avec d’autres musiciens ?
Oct’opus : En effet, nous avons le plaisir de partager la scène avec d’autres musiciens et notamment sous forme d’interventions pédagogiques au sein d’écoles de musique ou d’orchestres d’harmonie. Cela nous permet de partager notre goût éclectique en musique et notre plaisir de chambriste.

ASax : Où et quand pouvons-nous vous retrouver ? Quels sont vos projets ?

Oct’opus : Dans l’actualité immédiate nous allons avoir une présentation de notre disque à Lyon, à JS musique le samedi 11 Février 2017. Concert et rencontre pour présenter le disque, l’ensemble, le répertoire. Quand à nos projets, à court terme ils sont de renouveler une partie de notre répertoire et sur du plus long terme de continuer de croiser les arts avec de la danse, sur Octopus ou une autre pièce.

ASax : Dernière question, où pouvons-nous trouver votre CD ?
Oct’opus : Pour le moment en nous contactant via notre site internet. Vous pourrez visionner un teaser présentant le CD et l’ensemble sur le site. Teaser que vous retrouverez également sur Facebook. Au plaisir de vous y croiser.

Merci à Sébastien Schlosmacher et à l’ensemble Oct’opus