Archives de catégorie : Publications

Gilles Tressos par Christian Valeix

8ème Journée du Saxophone en Loir et Cher par Aurore BRISSET

8ème Journée du Saxophone en Loir et Cher

Samedi 4 Février 2017 à Contres s’est tenue la 8ème Journée du Saxophone en Loir et Cher, organisée par l’association Contres-Ut en partenariat avec L’ATEMUS (l’Atelier des Musiciens de Blois), et le groupe BUFFET CRAMPON, et 3 professeurs de saxophones : Didier Chateigné, Alban Augeard et Aurore Brisset.
L’association Contres-Ut s’est fixée comme objectif de promouvoir la musique sous toutes ses formes, en organisant des journées comme celle-ci, des festivals d’orchestres d’harmonie favorisant les rencontres de musiciens et par le biais de son orchestre d’harmonie l’association est présente lors de cérémonies officielles et concerts donnés dans son territoire.

Cette 8ème Journée du saxophone en Loir et Cher était sur le thème du jazz orchestré par Frédéric Couderc, saxophoniste classique et jazz de renom.
Il est venu faire découvrir le jazz aux 42 saxophonistes participants lors de ses master-classes qui ont durées tout l’après-midi.
Les 42 participants ont pu essayer les saxophones des différentes marques présentes pour cette journée.
La 1ère partie du concert de Clôture de la Journée du saxophone en Loir et Cher était le Concert Conférence « SAX STORIES » de Frédéric Couderc aux saxophones et Patrick Cabon au piano.
Fréderic Couderc, venu avec ses nombreux saxophones nous a fait voyager dans le temps à la découverte du saxophone.

Et en 2ème partie, les 42 saxophonistes ont interprété des standards, avec pour soliste : Frédéric Couderc.

Cette journée est dédiée aux saxophonistes de tous âges, de tous niveaux. Elle est une occasion de rencontrer d’autres saxophonistes du Loir et Cher et pourquoi pas créer des amitiés.
Elle a lieu tous les ans à la même période.

La 9ème Journée du Saxophone en Loir et Cher qui aura lieu le samedi 17 février 2018, à la salle des fêtes de Contres (41) aura pour invité : Jérôme Laran et son ensemble de saxophones d’Aulnay-Sous-Bois.

Aurore BRISSET

 

Guillaume Berceau entretien avec Christian Valeix

Laurent Letassey musicien de la table par Christian Valeix

ROLAND KIRK BY FRED COUDERC

Retrouvez nos présentations de saxophonistes, d’artistes, de compositeurs dans la page Publications de l’Asax
Voici un article de Fred Courderc à propos de Roland Kirk

Roland Kirk, vous connaissez ?
Si oui tant mieux, sinon, vous êtes chanceux car vous allez le découvrir.
Je ne vais pas vous raconter sa vie ni vous parler de sa musique. Guy Cosson a écrit un superbe livre intitulé Rahsaan Roland Kirk aux éditions du Layeur, et pour sa musique, on trouve tout ce qu’il a enregistré sur CD, vinyles, youtube…


Je vais vous parler de sa bouche ! Mais comment faisait-il ? Comment est-ce possible ? mais quel génie !
Rahsaan Roland Kirk était mal voyant de naissance et sa nounou s’étant trompée dans le dosage de son traitement , elle le rendit totalement aveugle à l’âge de 3 ans . C’est dans un rêve prémonitoire qu’il s’est “VU “jouant de 3 saxophones en même temps. Le temps de trouver dans un musishop un Saxello (soprano King courbé au bocal et à 90 degrés au pavillon. Fabriqué en 1924), un Stritch (alto droit buescher fabriqué en 1926 ) et un ténor (normal …. ) et le voilà jouant de 2 puis 3 saxophones simultanément .
Tenor et saxello étant tous deux en Sib , il suffit (facile à dire … ) de jouer des riffs ou d’harmoniser un peu .
Ok , disons que c’est réalisable .
Ex : Roland’s Theme, album Third dimension and Beyond (1956)
Un peu plus difficile , stritch (en Mib ) et Saxello (en Sib ), là il faut commencer à réfléchir un peu plus . Ex: Rolando, album Domino (1962)

Bon maintenant , passons aux choses sérieuses : 3 saxophones (tenor, saxello et stritch ) 2 en Sib et un en Mib. Là il faut penser en accord.
Ex : The inflated tear, album The inflated Tear (1968)

Le plus difficile dans tout cela , ce n’est pas pour le dos(quoi que ce soit assez lourd au bout d’une heure).
Le plus dur est de trouver les bons becs et les bonnes Anches. Il faut que les trois saxophones sonnent au même volume.
Et encore plus difficile, c’est de les accorder ensemble mais aussi de façon à ce qu’ils puissent jouer chacun en soliste.
Autant vous dire: des heures de travail. Il se rajoute à ça le volume d’air consommé et l’énergie phénoménale qu’il faut pour tenir le choc .
Une fois que vous avez tout cela , il ne reste plus qu’à jouer quelque chose d’intéressant…
C’est là le génie de Roland Kirk .
Ex: Three for the festival, album We free kings. (1961)

Le bougre ne s’est pas arrêté là !
Tenor et clarinette.
Très dur car deux angles de bec et deux volumes d’air différents.
Pas de soucis pour Roland Kirk.
Ex: Creole love call, album The inflated tear.(1967)

De plus en plus fou !
Tenor et Cor anglais…. Si si, vous avez bien lu !
Anches double et bec de ténor en même temps…
Ex: The black and crazy blues. album The inflated tear.(1967)

Tant que nous y sommes : Tenor , saxello et …. Hautbois.
Ex: Vertigo ro. album the complete mercury recording.

On continue. Tenor et slide sax.
Ex: Gift and messages. Album Gifts and messages (1964)
Mes amis , je peux vous assurer que tout cela est vrai et réalisable.
J’ai travaillé tout cela en long en large et en travers et, effectivement, après des heures et des heures de travail, j’ai réussi à percer ses secrets et petit à petit à pouvoir reproduire tout ce que Roland Kirk faisait il y a…50 ans!
Mais il y a un truc que je ne comprends toujours pas… !
Comment fait-il pour jouer de la flûte et du saxello en même temps sur Hip chops . album The complete mercury recording (1956-1962/pub 2014).

Alors , bien sûr il avait une flûte dont la tête était courbée à 90 degrés.
J’en ai fait fabriquer une. Mais rien, impossible! Comment pouvait-il tenir un bec de soprano et souffler dans une flûte en même temps ?
Puis il y a aussi le trombonium (ténor joué sans anche ) sur for heaven’s Sake, album The complete recording (1956-1962/pub 2014)
La flûte et la flûte nasale dans Serenade to a Cuckoo, album I talk with the spirit. (1694)

Que dire de son jeu de ténor (si ce n’est que MAGNIFIQUE ) dans Alfie, album Rip Rig and panic (1965)

Car Roland Kirk n’était pas un clown. Il était doté d’une sensibilité extraordinaire.
Je pourrai vous en parler durant des heures mais le mieux est encore de l’écouter.

Bright Moments!

Fred Couderc

Dossier Glazounov par Jacques Charles Première partie

Retrouvez nos dossiers autour du saxophone dans la rubrique Publications dans le site de l’Asax
voici, en accès libre, un dossier de Jacques Charles sur Glazounov

Dossier Glazounov
par Jacques Charles
Première partie

retrouvez la suite de l’article dans le site de l’asax, la seconde partie et troisième partie disponible dans la rubrique Publications de notre site

Dossier Glazounov par Jacques Charles Dernière partie

Dossier Glazounov
par Jacques Charles
Dernière partie

Ce contenu est pour les membres uniquement. En adhérant à l’A.SAX, je recevrai : Ma carte d’adhérent avec mon identifiant et mon mot de passe pour naviguer librement sur www.asax.fr

Dossier Glazounov par Jacques Charles Deuxième partie

Dossier Glazounov
par Jacques Charles
Deuxième partie

Ce contenu est pour les membres uniquement. En adhérant à l’A.SAX, je recevrai : Ma carte d’adhérent avec mon identifiant et mon mot de passe pour naviguer librement sur www.asax.fr

Dossier Glazounov par Jacques Charles première partie

Dossier Glazounov
par Jacques Charles
Première partie

Ce contenu est pour les membres uniquement. En adhérant à l’A.SAX, je recevrai : Ma carte d’adhérent avec mon identifiant et mon mot de passe pour naviguer librement sur www.asax.fr

Une invention d’une Startup Lilloise : le Sylphyo par Charlotte GAROT

une invention d’une Startup Lilloise :  le Sylphyo
par Charlotte GAROT

Saxophoniste et étudiante en première année à l’École Centrale de Lille, j’ai découvert le Sylphyo en cherchant un stage en entreprise. En effet, je cherchais une expérience ingénieure dans le domaine musical et à proximité de Lille et je suis finalement tombée sur le site internet d’Aodyo, une jeune start-up basée à Villeneuve d’Ascq qui développe un nouvel instrument de musique électronique : le Sylphyo.

Me rendant compte de l’opportunité qui s’offrait à moi, j’ai postulé et ai rencontré les créateurs de cet instrument intrigant qui m’ont tout de suite fait une rapide démonstration des possibilités qu’il offre.
Le Sylphyo est un instrument MIDI sans fil : il suffit de brancher un petit boîtier à son ordinateur possédant une banque de sons, souffler (ou non, car le Sylphyo possède un mode mouvement qui permet de jouer sans souffler dedans) et de la musique est ainsi créée. Il permet aussi de jouer les sons de n’importe quel synthétiseur.

De plus, l’instrument comprend de nombreuses fonctionnalités. Il permet de jouer dans la tonalité que l’on souhaite avec 5 octaves disponibles, de disposer de doigtés adaptés à un grand nombre d’instruments à vent, de la flûte à la trompette en passant par le saxophone, de créer des effets de jeu avec un “shake vibrato”, des pitch bend avec les touches ou encore d’autres effets programmables sur un slider ou lorsque l’on incline l’instrument horizontalement ou verticalement.
Le Sylphyo apparaît alors comme un instrument idéal pour la composition car permettant à toutes nos idées de se concrétiser parfois même de plusieurs façons différentes mais également comme un instrument percutant pour le jeu de scène, notamment grâce à son mode mouvement.
De plus, le Sylphyo est un instrument destiné à évoluer dans le temps : des mises à jour logicielles sont régulièrement proposées par Aodyo qui ne cesse de développer de nouvelles fonctionnalités afin de satisfaire au maximum ses clients avec lesquels l’entreprise crée un lien fort. Cet instrument innovant offre donc de multiples possibilités d’évolutions, donne un nouveau souffle à la pratique des instruments à vent et conserve sa jeunesse.

Pour plus de précisions ou pour toutes questions, rendez-vous sur http://www.aodyo.com.